Interview de Lucidaëlle

Qu’est-ce qui t’inspire ? Comment tu choisis tes sujets ?

Les hautes valeurs, les hauts idéaux, les connaissances spirituelles m’inspirent énormément ! J’ai envie de les représenter parce que je les trouve beaux, merveilleux…

Il y a par exemple l’Harmonie, la Liberté, des Dieux dans la mythologie, les Anges, ou encore l’Héroïsme, le Féminin, le Masculin, l’Amour…

Je fais tout un travail de recherches intérieures et extérieures pour bien les représenter. Est-ce pour en réaliser un aspect ciblé, une synthèse allégorique, ou une mise en situation réaliste, en une seule œuvre, ou en plusieurs, etc. J’associe une étude symbolique à celle d’une composition d’une œuvre, à la méditation pour ressentir ce qui est juste et ce qui ne l’est pas, définir les couleurs, les meilleures poses qui peuvent correspondre à l’atmosphère à retransmettre, ainsi que le style et la technique qui permettra le meilleur rendu.

Pour les couvertures de livres je ne choisis pas entièrement, le sujet est une demande, l’idée principale du livre ressort dans l’œuvre, comme une synthèse globale ; sauf pour les romans, où la couverture peut davantage illustrer une scène. Les idées se précisent assez vite à partir du moment où l’on me parle d’un prochain ouvrage. Je capte plutôt bien ce que voudra l’auteur ou le commanditaire quand il me parle de visu.

D’autres fois, une idée peut arriver sur le moment, selon la vie, ou selon un événement, ou par le fait d’être inspirée par d’autres artistes, ma propre vision émerge de ce que j’ai saisi.

Par la technique, certains artistes inspirent également, j’observe et je me dis « ah oui, je pourrais aussi associer ci, ça, ou faire différemment, ou apprendre autrement… ». Cela rejoint la recherche, et les essais pour toujours progresser davantage dans son art.

Et d’autres arts comme la musique ou la poésie, peuvent inspirer aussi. Pour ma part, ils m’accompagnent et ils me mettent dans une ambiance ! Parfois pour être bien dedans, j’écoute ou je récite, et cela peut me guider, être porteur, c’est très beau, et parfois marrant !

L’inspiration peut aussi venir directement en méditation : si l’expérience a été forte, je me dis que ce serait bien de la représenter un jour… Dans ce cas il y aura peu de changement entre ce que j’ai vu et la représentation, c’est fidèle. Même s’il y a des ajustements ou des compréhensions en cours de route, la vision ou l’impression initiale reste assez nette.

D’autres fois l’idée me tourne autour, et c’est une construction progressive de ma part. Ce fut le cas avec l’Harmonie : les possibilités étaient tellement multiples, alors qu’est-ce qui lui serait adapté, qui lui correspondrait bien ? Et au fur et à mesure de mes réflexions ça se précise. C’est un mélange entre mes propres efforts de questionnement, mes connaissances et la partie inspiration qui vient en cours de route.

Une autre grande source d’inspiration, c’est bien sûr la Nature ! Je ne m’en rendais pas compte il y a plusieurs années à quel point elle apporte aux artistes. Mais dans tout son fonctionnement : son processus des saisons, de naissance, mort et renaissance, tous ses cycles et rythmes différents, ses règnes animaliers, comment elle est créée, entre des fleurs, des arbres, le ciel, toutes les couleurs… Parfois je la représente exactement comme telle, mais d’autres fois, par le simple fait elle existe, avec tellement de possibilités de formes, de couleurs, de transformations, cela ne peut qu’inspirer ceux qui la regardent. Elle est vivante et offre des inspirations.

Qu’est-ce qui fait de toi une artiste originale ou unique ?

Mes œuvres sont toujours figuratives, je ne fais pas d’abstrait, mais je représente des choses très différentes les unes des autres. Je n’en ai pas encore tant que ça, mais quand même par les côtés féminin ou masculin, c’est assez régulier. Alors que souvent un artiste va avoir sa propre technique, son propre domaine, et représente plus soit des hommes ou des femmes. De mon côté, j’arrive à faire des œuvres qui vont du comics, du style bande dessinée à des choses traditionnelles, des légendes passées, des sujets féériques, ou des sujets modernes : c’est peu courant comme variété picturale…

Il y a aussi la pratique méditative qui fait de moi, une artiste originale.

Et sinon, beaucoup d’artistes disent que leur art les aide, c’est même souvent une quête pour mieux se connaître. Ils représentent différentes facettes d’eux-mêmes, et/ou, en créant ils apprennent à se connaître. Ce n’est pas ce que je recherche du tout, je ne pratique pas mon art pour mieux me connaître. En réalité je n’ai pas besoin de passer par l’art pour cela, car la pratique spirituelle avec la méditation comble ce vide intérieur que l’on peut ressentir, de manière nettement plus exponentielle que l’art, seul, ne peut le faire ! La connaissance de soi englobe tout l’être, mais elle s’adresse en premier à la pensée tout comme la spiritualité, alors que l’art s’adresse en premier au sentiment et au cœur. La méditation que je pratique est créatrice, c’est Pierre Lassalle, un auteur français, qui l’a inventé, et elle a cette particularité d’associer la pensée au cœur ! Elle fait ce que l’art permet, cependant comme la pensée est l’alliée, c’est grandement plus clair en 100 fois moins de temps ! Oui, je l’assure, c’est unique et tellement riche, et plein, que l’on a pu besoin de quémander aux autres qui l’on est, ou de le puiser dans l’art. C’est donc le parfait moyen des artistes pour se connaître ! Et l’art peut ainsi servir d’autres aspects que soi-même. Alors dans l’art, non, je ne cherche pas à me connaître, mais je vais chercher à apporter de belles valeurs à d’autres personnes.

Peux-tu développer ?

A mes yeux, l’œuvre est plus importante, elle passe avant l’artiste. Ce que je veux transmettre, les messages, l’œuvre finale, c’est ça qui prime plus que tout. Je me considère davantage comme une artiste au service de telle qualité à représenter, ou au service de celui qui va le recevoir ensuite. Mon propre point de vue personnel, mon style, qu’il faille absolument représenter ceci, cela, ou alors que ce soit cette couleur et pas celle-là… je mets tout cela de côté. En fait, je vais chercher à effacer mes propres avis pour pouvoir m’adapter davantage à l’essence, la valeur que je représente pour que ce soit elle qui soit représentée et non pas mon avis sur qui elle est.

Par exemple si je représente la Liberté, ou la Confiance, ou l’Égalité, ou la Fraternité… je vais davantage chercher ce que signifie la Fraternité et comment la représenter au mieux et faire en sorte que son message soit adapté à qui il s’adresse. Je peux aller jusqu’à chercher quand et où elle voudrait que ce soit représenté : est-ce que son énergie est passée, est-ce que c’est du présent, du futur ? Est-ce qu’elle veut que les êtres humains rentrent dans son univers, est-ce elle qui s’invite sur terre ? Je vais chercher le maximum que je peux sur le sujet. Et ma propre partie personnelle, mon propre avis, je m’en moque ! 

Dans la réalisation de la peinture-même, je vais toujours chercher quelque chose de nouveau. Par exemple, un visage, on peut le former comme-ci, comme ça… Et finalement, d’année en année, on va observer chez un artiste, que ses visages se ressemblent tous, dans toutes les femmes, ou, tous les hommes qu’il représente, les traits vont se ressembler. De mon côté, je vais chercher des modèles pour sortir de mes habitudes, de ma zone de confort, et je me force à faire autrement, pour faire en sorte que le message, ou la valeur corresponde vraiment à ce que j’ai capté, sans être passé par mon filtre personnel.

Quand tu crées, tu penses à la fois à la valeur qui t’inspire et aux personnes qui vont la voir ?

Oui, je me demande qui elle concerne, pendant la création même, je ne pense pas forcément longtemps aux gens. Et même si elle est peu habituelle, si elle est dérangeante, ou existe déjà, ou si elle est moyennement adaptée aux français…, je me dis que ce n’est pas grave, l’essentiel c’est que ces personnes sont concernées. Et même si ça perturbe, si c’est trop différent de ce qui est connu, si ça doit vraiment exister tel que, eh bien, je vais en faire en sorte que ça existe !

C’est à l’opposé du système artistique aujourd’hui !

Oui, c’est impersonnel. Ce qui compte, ce n’est pas le point de vue individuel, ou égoïste, c’est moi qui ai fait cette œuvre comme ça, c’est mon nom, ma technique… C’est la grande singularité qu’apporte L’Art Sophianique, annoncé sur ce site et dans l’ouvrage de Pierre et Céline Lassalle.

Et cela me rend facilement détachée de mes œuvres. Ainsi c’est plus facile pour moi de les vendre, de les offrir, j’ai envie qu’elles soient diffusées ! En tant qu’artiste, cela apporte de l’abnégation, de l’effacement de soi, un service à plus grand que soi, incluant d’autres personnes sans savoir à l’avance qui cela touchera.

Qu’est-ce que des œuvres comme les tiennes pourraient avoir comme impact dans le monde ? Sur les gens ?

Pour le public, ça apporte plus de liberté et de vérité, car il y a nettement moins le filtre personnel du créateur.

D’après des retours que j’ai eus des gens en direct, ou de la part de professionnels qui ont mes œuvres dans leur boutique, j’ai pu constater que les œuvres dégagent de bonnes énergies, enveloppant ou parcourant la personne, d’autres parlent de la lumière, qu’elles sont très lumineuses et cela les attire. On m’a raconté que dans un cabinet de consultation, une patiente avait été saisi, rééquilibrant des aspects positifs d’elle-même, c’était avec Artémis & Apollon, je crois. Une autre personne, était totalement fatiguée, elle est restée longtemps assise en pleine rue, elle m’a dit que cela lui avait fait un bien fou, l’apaisant, la tranquillisant, ça c’était avec Glory Art, prochainement en ligne… Alors oui, je suppose que cela peut remettre des choses en place, allant jusqu’à réaligner des malaises, des aspects instables de soi.

En fait, je pense que cela apporte une zone d’harmonie, créant un miroir de vérité, un écho sur ce que porte la personne en elle ; si elle en a déjà conscience, c’est assez clair, elle sait nommer les qualités que cela réveille, sinon, elle ne sait pas vraiment ce qu’il s’est passé, et cela reste en partie inconscient (jusqu’à ce qu’autre chose advienne dans sa vie, très certainement :-). Et au bout du bout, cela amène une paix, une guérison, si elle en a besoin sur le moment … ce qui crée le réalignement, grâce à l’émerveillement de la personne qui regarde.

Mais ça dépend de la réception des gens, certaines personnes ne sont pas ouvertes à recevoir…

En tout cas, une chose dont je suis certaine, c’est que cela amène de la nouveauté ! Par exemple pour La Femme-Cité : un homme m’a dit qu’il n’avait jamais vu, perçu que la femme puisse ouvrir des portes ou être novatrice pour participer à créer une nouvelle civilisation.

Peux-tu parler de ton processus de création : transformations intérieures et efforts physiques ?

Une fois j’ai voulu représenter un aspect du Féminin Sacré – dans son potentiel qui peut donner naissance, au monde, à une nouvelle création – et en cours de route j’ai vu que ce n’était pas ça du tout, vraiment pas !! J’ai dû beaucoup travailler sur moi, faire table rase et tout recommencer. Après cette période, qui dura environ 1 an, de changement, de réadaptation pour laisser naître un nouveau processus de création en étant plus alignée, apprendre à “bien créer” finalement, ma transformation était suffisamment stable pour être plus à l’aise avec mes nouveaux repères, un nouveau “code de la route” pour créer, en quelque sorte. J’ai poursuivi de cette façon, par la suite.

Aujourd’hui donc, je me prépare beaucoup à l’avance, je construis énormément l’image avant de commencer la réalisation, elle progresse à son rythme, ou plutôt au mien, car cela dépend de ce que je suis capable de vivre, comprendre, contenir, mais peu à peu elle prend vie. Ça joue beaucoup sur le fait qu’il y a moins de travail sur soi ensuite, parce que l’on fait des erreurs, on n’est pas content de notre réalisation, voire il faut tout recommencer parce que ça ne va pas du tout… Ainsi je laisse énormément de temps pour que l’image se construise, pour que je sois sûre que c’est comme ça, que ça corresponde bien à la Source même, et finalement avec ce temps, il y a le minimum du minimum de moi dans l’œuvre. Il y a toujours forcément un peu de moi, vu que cela me traverse et j’en suis l’artiste. Mais il n’y a pas une idée à laquelle je m’accroche forcément. Donc le fait qu’il y ait beaucoup de temps de préparation, cela évite qu’il y ait plein de remue-ménage pendant la réalisation. Tout l’effort vient avant, par cette remise en question intérieure.

Là, je parle pour les plus œuvres importantes, qui ont besoin d’être pleinement chargé à l’intérieur de soi. Mais bien sûr, cela peut être plus simple, naturel et instantané, par exemple, avec la nature, où tout est plus vif, direct.

Après il y a des efforts sur la technique même, parce que parfois ce n’est pas comme on veut. Et comme j’aime tester de nouvelles choses, j’apprends en cours de route, étant beaucoup autodidacte, ce n’est pas forcément parfait… Alors ce sont des efforts techniques, pour essayer de représenter au mieux, et si nécessaire en recommençant jusqu’à ce que ça me semble bien correspondre. Je ne m’arrête pas avant, je n’abandonne pas en cours de route. En définitive j’arrive à donner le maximum de ce que je peux dans l’actualité au niveau technique. Et puis d’année en année, je m’améliore !

Quel est ton message ? En quoi est-il révolutionnaire ?

Globalement, ce que je cherche le plus à transmettre c’est la Vérité, représenter quelque chose de vrai et sincère.

Et après chaque œuvre a sa source ou son aspect particulier : afin de figurer différentes facettes de l’humain, de la nature, du divin…

Moi-même je cherche à accéder à la Vérité, et j’y arrive grâce à la méditation, à l’accès au monde spirituel et à mes propres connaissances. Alors je la retraduis, et comme c’est une Source qui existe bel et bien, c’est cela qui crée un réveil chez les gens. Ça ouvre des portes sur des choses qui leur étaient inconnues, des potentiels qu’ils ne se reconnaissaient pas avant.

Ce que je veux surtout montrer, ce sont des choses vraies et réelles, mais en même temps qui ne sont pas forcément visibles à l’œil nu, ou simplement peu connues… Je veux associer les deux : le divin et l’humain pour transmettre une révélation qui est peu dévoilée de cette manière dans telle peinture.

Une révélation, c’est une ouverture sur l’inconnu. Aujourd’hui, l’art est en majorité tourné vers soi, ou, ignorant, et représente des choses plutôt simples, voire banales. De mon côté, je cherche à atteindre des vérités méconnues, afin de les transmettre au monde, aux autres… ; en plus, je souhaite que ce soit adapté à eux et à la Source concernée. Que mes œuvres soient la rencontre de deux mondes, côté invisible et côté visible, c’est sûrement cela qui crée un “choc” chez le spectateur. Et c’est cela qui est révolutionnaire !!

Alors… on peut accéder à la Vérité ?

Grâce à la méditation créée par Pierre Lassalle, oui ! On peut y accéder tout seul, sans qu’il y ait derrière soi, une cour de scientifiques, de prêtes ou politiciens, ou je ne sais qui, qui disent les quatre vérités sur lesquelles fonctionnent le monde. Non, là une fois la méthode méditative apprise, on médite seul, sans autre support que sa propre pensée et quelques pages de livre sur un sujet profond qui nous intéresse. C’est sûr que c’est nouveau, exceptionnel et ça révolutionne le monde de la méditation !… Méditation que je pratique depuis 15 ans !

Pour finir, la phrase que je cite sur mes présentations est celle de Platon : « La Beauté est la splendeur du Vrai ». Je cherche à représenter la Vérité, de belle façon. Pour moi l’art, à partir du moment où tu as un don artistique, c’est pour en faire quelque chose de beau, et non, totalement noir, inapte, ignorant… Car par ce fait que l’Art est Beauté, il sert la Vérité. Je trouve donc cette phrase très révélatrice justement !

Propos recueillis par Anne Cariou,
artiste musicienne, compositrice et chanteuse,
alias Feu d’or pour MusiKaya

♥ Merci ♥

Lucidaëlle

N'hésitez pas à laisser votre avis ou vos questions,
qui peuvent influencer les prochains articles, interviews, tutos ou progressions de travail...

♥ Un Grand MERCI ♥